Comment faire face quand on vie des épreuves personnelles difficiles?

Mis à jour : 23 août 2019



On se retrouve pour un article très spécial sur un thème qui me touche et qui me porte. J'avais envie de vous parler de mon expérience en tant que praticienne, de ses moments de doutes que l’on vie au quotidien, de ses questionnements qui martèles parfois notre petite tête et qui nous empêche d’avancer sereinement. Comment avancer dans son cheminement quand on vie des épreuves personnelles difficiles ?

Vous pouvez retrouver ce contenu en format "podcast" en cliquant sur ce lien.

Alors mon expérience sur ce passage qui peut parfois varier en fonction des personnes, et du type de problèmes que l’on a vivre, c’est que nous y sommes tous confronter car nous sommes avant tout des êtres humains avec nos propres émotions, nos propres ressentis mais surtout et aussi avec notre propre histoire personnelle, nos propres doutes, nos propres défis et nos propres faiblesses.

Il y a quelques mois de ça j’ai été prise par un sentiment d’insatisfaction assez forte et j’ai même été jusqu’à remettre totalement mes passions en question, remettre la motivation de certaines personnes en question, de ne pas être la personne ouverte et bienveillante en montrant un côté plus dure et moins patiente, voir même plus sombre. Il y a eu comme une sorte de crise intérieure, une véritable rébellion qui s’est installée en moi, parce que j’avais tellement de choses à gérer émotionnellement au même moment que je me sentais perdue.

Mais ce sentiment n’est pas arrivé du jour au lendemain ça a été une avalanche de problèmes qui se sont rajoutés et ensuite l’épreuve ultime du problème qui hante ma vie depuis tant d’années qui été la goutte d’eau de trop qui a fait déborder mon chaudron hihi et qui m’a fait exploser hihi.

Et suite à cette expérience, j’avais le souhait de vous expliquer dans cette chronique, comment tout cela s’est mis en place pour moi et vous transmettre quelques clés qui m’ont permis de faire face à cette expérience si douloureuse. Et pour cela, je vous révèlerai mes failles, mes réactions, et comment mon inconscient a réagi. Même si nous aspirons à vouloir changer et à évoluer dans notre cheminement magique, il y a parfois des combats difficiles que nous devons menez seule et qui s’avère bien plus ardus qu’il n’y paraît. Sous une apparence joviale que nous montrons à notre entourage, à notre famille, à nos voisins, à nos collègues ou même dans le cadre des réseaux sociaux, ou de notre vie de sorcière, il y en nous une profonde douleur qui est parfois très dure à cicatriser et à oublier. Et c’est ce que j’ai vécu tout récemment.

Et mon message face à cela, c’est qu’il faut GARDER ESPOIR !!!

Oui il vous arrivera dans votre cheminement à avoir des problèmes personnelles tellement intenses à combattre, que vous risqueriez de tout laisser tomber, même les rêves qui ont jusqu’à présent su vous donner de l’espoir et du bonheur. Donc n’ayez pas peur de vivre ces moments douloureux et surtout gardez en mémoire que vous avez assez de courage en vous pour affronter le problème, peu importe le problème qui se met sur votre chemin. Et si vous n’y arrivez pas, ne vous en voulez pas de ne pas y être arrivé, bien au contraire apprenez de vos erreurs, soyez compatissant avec vous-même et tentez de trouver le déclic qui vous fera franchir la barrière la fois d’après, quand vous aurez à affronter une situation particulièrement difficile dans votre vie.

En tout cas c’est ainsi que je l’ai vécu et aujourd’hui, même si je me souviens que ce fut une épreuve particulièrement difficile, je suis heureuse d’avoir dû en passer par là pour apprendre qui je suis. Je vais donc dans cette chronique vous transmettre ces quelques clés qui m’ont permis d’affronter le passage. Ça reste mon exemple personnel avec mes propres ressentis, vous n’êtes pas obligés de vous référer à l’exercice que je vais vous donner aujourd’hui, mais vous pouvez toujours tenter de trouver quelque chose pour vous aider à affronter le problème si difficile soit-il. Car le plus important c’est d’essayer…

LES CLÉS ET LE DÉCLIC

Après avoir réfléchis sur ce qui m’est arrivée, j’ai pris le temps d’analyser et de noter toutes mes émotions durant cette épreuve, un exercice que je vous proposerai de découvrir en 2ème partie et qui m’a beaucoup aidé.

Je me suis rendue compte que si j’ai vécue cette expérience si négativement c’est sans doute parce que j’ai souhaitée me rajouter une surcharge de travail intense pour ne pas à avoir à y penser. Ça m’arrangeait bien d’être débordée de travail, car pendant ce temps-là mes pensées ne se préoccupaient pas du problème le plus important.

AH !!! NE PAS AVOIR A Y PENSER « gardez bien ça en mémoire, car cette clé fait partie des clés à conserver dans sa mémoire pour analyser ses réactions face à certaines épreuves »

Vous connaissez sans doute l’expression qui est « de jouer à l’autruche » pour ne pas à avoir à affronter la vérité, on se ment à sois même, parce que l’on a peur ou que l’on ne se sent pas forcément à la hauteur. Vu que cette culpabilité nous ronge, et bien notre corps souffre également et comme les mauvaises nouvelles n’arrivent jamais seules, je suis aussi tombée malade, car bien évidemment comme beaucoup, au lieu de ralentir la cadence pour cette épreuve que je jugeais être un « petit bobo » on continu et on ne s’écoute pas. Mais c’est bien là, que la 2ème clé se met en place « baissement d’énergie et le corps qui fatigue car épuisé par le mental » Nous devenons irritable, un rien nous agace, et sur le moment on ne prête pas attention au véritable problème qui nous met dans cet état, non, on accuse les autres d’être la cause de cette émotion, alors qu’au fond de nous, au plus profond de nous « nous savons très bien où est le problème ? » Pas facile de se regarder devant le miroir et d’affronter le démon qui ruine notre état intérieur ? Pas facile de se rendre compte que nous ne sommes pas invincibles ou si courageux que nous le pensions ?

Parce que c’est bien de ça que l’on parle aujourd’hui « affronter des défis et notamment celui de son passé » ce même passé qui m’a permis d’être la personne que je suis aujourd’hui. J’ai passé des années à me reconstruire, à me découvrir pour qu’au final au moment le plus ultime j’abandonne et ne passe pas le CAP ? Et oui, oui j’ai failli faire ça. Je n’ai plus honte de l’avouer, je ne joue plus à l’autruche. J’ai découverts mes failles, une partie de ma noirceur, la facilité déconcertante d’accuser les autres du mal être qui me rongeait et surtout cette étincelle qui avait toujours brillé au fond de mon petit cœur et qui mourrait petit à petit sans que je puisse faire quoi que ce soit…

Lorsque tout a basculé dans ma tête je ne m’attendais pas à la réaction que j’ai eue car j’ai toujours pensée être une personne courageuse prête à tout affronter, sauf que là, ça touchait quelque chose de très très personnelle, et quand ça affecte votre moi profond il n’est pas évident de faire face.

1ère chose à tenter de comprendre, c’est votre réaction et les sensations que vous ressentez face à une situation ou a un problème qui est récurrent (un problème qui revient souvent dans votre vie) le schéma de la roue sans fin qui tourne. J’ai constaté par exemple, que j’étais très souvent incapable de prendre parti face à une situation de conflit, ou alors une incapacité permanente à me lever chaque matin ou à me coucher à heure convenable, une mauvaise gestion d’heure, une mauvaise analyse sur mon état de santé, un besoin permanent de toujours vouloir dépasser mes limites, etc..

Je pourrais vous citer encore des tas d’exemples comme ceux-là. Mais le but de l’exercice n’est pas de faire ce travail à votre place hihi, mais plutôt que vous tentiez de les découvrir.

Mais vu ce qui s’est passé pour moi j’avais le désir de vous en parler ouvertement. Nous sommes tous confronter à des problèmes particuliers dans nos vies et pouvoir en parler permet de ne pas se sentir trop seule, car je sais que pendant ces moments-là, on ne souhaite pas se dévoiler, et parfois les problèmes semblent si infranchissables que l’on pense à tort qu’aucune aide, qu’aucune oreille tendue ne nous sera donnée. On pense aussi et ce fut le cas pour moi, que l’on ne veut pas embêter les autres avec nos problèmes, qu’ils ont déjà bien à faire avec les leurs. Mais au fond de nous, nous savons qu’une écoute si petite soit-elle nous apporterai le plus grand soutien.

N’oubliez jamais que vous n’êtes pas seul(e) il y a forcément quelqu’un dans votre entourage qui est là pour vous ? Il y a forcément une personne qui n’attend qu’un signe de votre part ? Vous n’êtes pas seul(e)… Même si lorsque nous sommes dans cet état-là on pense à tort être incompris.

L'EXERCICE QUE JE PROPOSE

Vous allez prendre une feuille de papier ou tout simplement votre cahier de brouillon et un stylo, et à tête reposée prenez le temps de lister toutes ces habitudes négatives que vous vivez au quotidien et que vous souhaitez vous débarrasser car cela vous procure du mal être.

Il est important de tout noter puis ensuite de tenter de donner un exemple en l’écrivant sur votre feuille, d’expliquer la sensation que vous ressentez en l’écrivant et en le vivant dans votre quotidien.

Le fait de mettre des mots sur ce que vous vivez et ressentez est très important car vous aller prendre conscience du problème en relisant l’ensemble. N’hésitez pas non plus à noter les petites choses toute banales, elles ont également de l’importance hihi.

Un petit exemple, hier votre collègue vous a fait une réflexion et vous avez ressenti un mal être intérieur cela vous a chagriné. Ce sentiment est resté un moment en vous et étrangement vous remarquez que vous vous sentez toujours dans cet état lorsqu’elle vous parle… Mais vous n’avez jamais pris la peine de lui en parler car après tout ce n’est pas grave…

STOPPPPP je vous arrête tout de suite, ce ressenti que vous avez eu a été présent, il a existé, si vous minimisez ce que vous avez vécu vous n’avancerez pas et vous vous rendrez compte que cette petite incidence aura des répercussions sur votre comportement dans quelques semaines, ou dans quelques mois. Vous vous habitueriez par exemple à vous laisser marcher sur les pieds, vous perdrez confiance en vous et même pire vous penserez à tort le mériter. Vous avez le droit de ressentir cette émotion, si elle existe au fond de vous c’est qu’il y a une raison.

Votre travail en tant que « futur pratiquant ésotérique » est de tenter d’analyser les raisons de cette émotion et non de laisser cela passer. Puis vous vous apercevrez au fil de l’exercice qu’en faites il n’y a pas que votre collègue, mais il y a également votre mari, votre femme, vos enfants, vos beaux-parents, le voisin, la boulangère, la caissière… Vous allez pouvoir faire une véritable liste de petits incidents qui vous empoisonnent l’esprit quotidiennement et apprendre à vous libérer de tout ça.

Comment on s’en libère ? Tout simplement en prenant conscience qu’ils existent !!! Ne faisons pas l’autruche hein hihi

Alors soyons honnête ça ne se fait pas en une semaine, cet exercice je le pratique depuis de nombreuses années, avec parfois de longs mois à ne rien rédiger et c’est bien là le souci, c’est qu’à force de laisser toutes ces émotions arriver et partir sans tenter de les comprendre on se laisse happer par notre mental et la goutte d’eau arrive pour faire déborder le chaudron.

Donc le conseil que je vous donne est surtout de ne pas laisser l’opportunité à votre mental de penser de vous que vous n’êtes rien, que vous êtes nul ou que vous n’en valez pas la peine. Car plus vous vous laisserez sombrer par votre mental, et pour se relever après coup, c’est difficile.

Par amour pour ce que vous êtes, prenez le temps chaque semaine d’écrire dans votre cahier ces petits tracas du quotidien qui vous empoisonne la vie et vous rend moins heureux de vivre. Les embouteillages du matin, le café qui s’est renversé, le chien du voisin qui a aboyé toute la journée, etc… Alors oui ça ne permet pas de résoudre le problème, mais au moins ça vous permet de les voir concrètement et de laisser s’échapper cette émotion de mal être. Peut-être qu’à force de le lire dans votre journal chaque semaine, vous aurez envie la fois d’après de trouver une solution pour ne plus le voir apparaître dans votre liste des petits tracas et émotions négatives du quotidien ?

Et c’est là qu’arrive la seconde liste, vous n’êtes pas obligé(e) de la faire, mais voir chaque semaine les petits bonheurs du quotidien fait un bien fou. Pour ma part je le fais en deux temps :

Je mets dans ma boite « happy » les grand bonheur et tous les magnifiques moments que j’ai vécu durant l’année. Et je me force chaque semaine à faire une liste de petits bonheurs que j’ai vécus et qui a enchanté mon petit cœur.

Faire cette double liste permet de voir concrètement ce qui a de l’importance à votre moral. Si vous êtes de nature stressé(e) et négative, votre liste de petits tracas sera longue, mais elle est nécessaire pour tenter de comprendre ce qui se passe à l’intérieur de vous. Si vous êtes une personne généralement optimiste c’est la liste des petits bonheurs qui prendra davantage de place. Mais attention à ne pas minimiser les moments de tracas du quotidien.

Une fois cette double liste créée dans votre journal, vous allez pouvoir faire un retour des semaines et des mois écoulés. Voir quels sont les tracas qui reviennent le plus souvent. Je peux vous dire qu’en prenant conscience de ça, beaucoup de choses vont se mettre en place, dont celle de vos pensées.

J’ai remarqué pour ma part que lorsque j’étais en conflit, ou pas à l’aise à mon travail, j’avais le ressenti de toujours vouloir démissionner et de changer de collègues, d’environnements ou tout simplement de job. Une fois cette réalité comprise, j’ai analysé mes émotions pour comprendre d’où venait mon problème et comment tout se mettait en place. Puis le déclic est arrivé, la solution de mon mal être était simplement liée à mon manque de confiance en moi et à mon envie de ne pas vouloir faire face aux conflits. Je parle du travail mais ça fonctionne avec tout pleins d’autres sujets, comme par exemple les relations de couple, la famille, l’amitié, les projets, etc…

Lorsque cette émotion apparaissait de nouveau dans ma vie, j’ai réussi à la canaliser et à ne pas me laisser sombrer par mes pensées mélancoliques et destructrices. Le souhait de vouloir partir et tout recommencer m’a petit à petit quitté pour me donner une nouvelle vision et une nouvelle pensée, qui est celle de « faire face » Alors oui la peur est grande, mais une fois arrivée à son but la joie est immense.

Magicalement Alina


Source : L'idée et la conception de cet article a été crée par mes soins pour la création de la chronique féerique diffusée sur Radio Arcadie en Avril 2018.


Alina Final.jpg

Bienvenue dans

LE CHAUDRON

Un Artiste est un Magicien qui s'ignore !

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram

alinaofficiel © tous droits réservés - 2014 / 2020

- MENTIONS LÉGALES - LA TEAM D'ALINA - FOIRE AUX QUESTIONS -

Logo-witches-radio-2.png